Les déboires de Katty avec les services sociaux

 

Je m'appelle Katty, j'ai 36 ans et suis la maman de Nicola et Alexia L. (13 et 7 ans). J'ai vécu avec Olivier L. pendant 9 ans et a été mariée 1 an avec lui. 

A 3 ans Nicola a passé une semaine en vacances chez sa grand mère paternelle, assistante maternelle agréée en activité. Sa mamie autoritaire a profité de ce séjour pour traumatiser mon fils. Devant la terreur de la grand mère Nicola s'est un jour oublié et à fait "caca dans la culotte". Mamie l'a alors puni en lui faisant manger ses excréments en le piquant à coup de fourchette et lui a étalé le contenu de sa culotte sur le visage en lui disant "Voilà la punition qu'on donne aux petits enfants sales !!"

Au retour des vacances de Nicola, j'ai voulu contacter les services sociaux pour dénoncer ces maltraitances. Mais j'ai été menacée par mon mari et sa famille de ce dernier qui m'empêchaient de parler.

Il s'est écoulé 3 ans avant que l'on se rende compte que Nicola, qui était devenu énurésique, ne se remettait pas de cette période douloureuse. J'ai donc voulu à ce moment là, encore une fois, dévoiler l'histoire aux services sociaux pour venir en aide à mon fils. Les menaces de mon mari ont repris de plus belle, jusqu'aux coups physiques (1 coup de pied dans le genou) et aux insultes ("De tout façon t'es qu'une sale blonde" "t'es une grosse pute", espèce de salope...).C'est alors ma soeur qui a décidé de faire un signalement écrit à la PMI. 

Une assistante sociale est donc passée chez le papa et chez moi. Le papa, présentant bien, n'a pas été embêté. Quant a j'ai reçu la visite de l'assistante sociale un matin à 11h30. Elle a vaguement écouté Nicola et a conclu que rien n'était grave, puis elle a classé le dossier avec comme conclusion... "la maman avait des miettes de pain sur sa table". Ce qui me rendait effectivement, aux yeux de l'assistante sociale, peu crédible. Pourquoi vous demandez-vous ? j'avoue que moi-même je n'en sais rien. 

Il aura fallut attendre 5 ans de plus pour faire ressortir ce dossier des tiroirs de l'assistante sociale, parce que l'état de Nicola ne s'améliorait guère, malgré les visites chez le pédopsychiatre. Il aura fallut saisir le Président du Conseil Général et rencontrer le Directeur Général Adjoint des services sociaux du département pour faire avancer le dossier. Nous y avons été reçues, Séverine et moi toutes les deux. Bien mal d'ailleurs puisque j'étais considérée comme une menteuse qui remettait en cause leur fonctionnement. Qui plus est accompagnée de Séverine, connue comme le loup blanc pour ses coups gueules contre les services sociaux. Elle a apporté son témoignage en expliquant ce qu'elle avait vu et entendu. Quelques jours plus tard j'ai été reçue par une autre assistante sociale mais les informations émanant du DGA des services sociaux du département était erronés. J'ai dû remettre encore une fois les pendules à l'heure puisque j'étais dépeinte cette fois comme une maman ayant beaucoup de difficultés à gérer mes enfants. 

Simultanément, au pied du mur, mon ex mari a demandé la garde de son fils, sans doute pour pouvoir mieux le contrôler. Une enquête a donc été ouverte à la demande du juge aux affaires familiales. L'enquêtrice en question a été étonnée que le papa ne demande que la garde de son fils et non de sa fille qui est de 5 ans la cadette. 

A la suite de l'enquête, le rapport est tombé en ma faveur et le JAF a statué la résidence de l'enfant chez moi. Dans ce rapport il est bien noté que la grand mère paternelle (assistante maternelle agréée par la PMI) avait un comportement dangereux. 

Nicola est donc resté auprès de moi et sa petite soeur. Mais la grand mère assistante maternelle, bien que dénoncée et reconnue dangereuse n'a jamais été inquiétée et continue toujours son activité. Elle reçoit donc quotidiennement chez elle, des enfants, avec l'autorisation de la PMI pourtant au courant de ses agissements. Plusieurs parents ont retiré leur enfant de chez elle suite à des hématomes suspects mais elle a toujours l'accord de la PMI pour continuer à travailler et son agrément lui est accordé à chaque renouvellement soit tous les 5 ans.

Quand on pense que Séverine elle, a perdu son agrément d'assistante maternelle pour avoir osé faire des travaux chez elle pendant ses vacances, on se demande franchement quels sont les critères de sélection de la PMI pour accorder ou retirer un agrément. Les nounous elles ont le droit le maltraiter nos enfants, au su et au vu des services sociaux mais si elles peignent un mur en bleu pendant leurs congés, elles deviennent dangereuses. Cherchez l'erreur !!! 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×