Ils peuvent être capables du pire....

 

La notion de maltraitance :

Le Conseil de l’Europe a proposé une définition de la maltraitance institutionnelle :

« la violence se caractérise par tout acte ou omission commis par une personne, s’il porte atteinte à la vie, à l’intégrité corporelle ou psychique ou à la liberté d’une autre personne ou compromet gravement le développement de sa personnalité et/ou nuit à sa sécurité financière ».


Le conseil de l’Europe a également proposé la classification suivante :


• 
violences physiques : coups, brûlures ; ligotages, soins brusques sans information ou préparation, non satisfaction des demandes pour des besoins physiologiques, violences sexuelles, meurtres (dont euthanasie)…
• 
violences psychiques ou morales : langage irrespectueux ou dévalorisant, absence de considération, chantage, abus d’autorité, comportements d’infantilisation, non respect de l’intimité, injonctions paradoxales…
• 
violences matérielles et financières : vols, exigence de pourboires, escroqueries diverses, locaux inadaptés…
• 
violences médicales ou médicamenteuses : manque de soins de base, non-information sur les traitements ou les soins, abus de traitements sédatifs ou neuroleptiques, défaut de soins de rééducation, non prise en compte de la douleur…
• 
négligences actives : toutes formes de sévices, abus, abandons, manquements pratiqués avec la conscience de nuire…
• 
négligences passives : négligences relevant de l’ignorance, de l’inattention de l’entourage
• 
privation ou violation de droits : limitation de la liberté de la personne, privation de l’exercice des droits civiques, d’une pratique religieuse…

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site