Livre d'or

40 message(s) dans le livre d'or

annelet Le 30/01/2013

Bonjour

Vu tous les placements abusifs d’enfants dans notre pays, je vous propose de signer cette pétition qui demande la mise en place d’une commission d’enquête auprès des politiciens
Voici le lien :
:https://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/pr%C3%A9sident-de-la-r%C3%A9publique-ministres-d%C3%A9put%C3%A9-e-s-s%C3%A9nateurs-s%C3%A9natrices-stop-aux-placements-abusifs-co%C3%BBtant-au-contribuable-6-milliards-d-euros-an#
Merci pour votre soutien !!!!

LOUIS Anna (site web) Le 17/01/2013

Felicitations pour votre travail!!! Je pas vu mon ils depuis 18 mois, et la peine c'est trop douleureuse. Je suis victime des educatrices et des personnes qui ensemble a menti contre moi. Mon coeur est et vie est brise.

Thierry Le 09/01/2013

J'écris ce message pour dire merci à ce site dont l'existence nous a permis de nous déculpabiliser et prendre conscience que le malaise que nous ressentions était justifié. Nous avons réussi à obtenir la levée de la mesure de placement de notre enfant mais cela a été un combat incroyable. Aux jeunes éducateurs qui sont sans doutes bien naïfs et manipulés par leur hiérarchie: sachez que certains services sociaux dysfonctionnent (ceux de l'Essonne notamment) car l’idéologie du placement guide ces individus au mépris de la loi. Pour preuve nous avons été victimes d'agissement illégaux avec l'assentiment des institutions (inscription dans un collège sans avoir l'accord des parents titulaires de l'autorité parentale et sans avoir de délégation d'autorité parentale délivré par le juge).

J'appelle de mes vœux que toutes les victimes racontent leur histoire et la diffusent sur tous les supports possibles. Victimes vous n'êtes pas seules !

Véronique Le 05/12/2012

J'ai connu votre site car moi même suis victime d'abus d'enquêteurs sociaux.

En effet, avec un passé de femme battue par mon ex concubin qui a été jugé pour violences conjugales à mon égard, j'ai sollicité le JAF pour un droit de visite seulement en lieu neutre. Je précise qu'il a mis 1 an après notre séparation pour les voir... et qu'il n'a jamais jusqu'à présent envoyé une carte ou offert un cadeau pour leurs anniversaires ou pour les fêtes de noël.
Mais l'aîné de mes 2 garçons (qui malheureusement a été témoin des scènes de violences) est sujet à des crises convulsives systématiques après qu'il voit son père, j'ai tout de suite alerté le JAF qui a ordonné une enquête sociale et un maintien du droit de visite en lieu neutre...
Seulement, l'enquêtrice sociale m'a fait que des reproches... que je ne laissais pas au papa de voir les petits et c'est pour cela que j'ai inventé toutes ces histoires de femme battue !... que je sur-protégeais mon fils qui finalement ses crises convulsives sont issues d'une pathologie épileptique héréditaire (comme son père lorsqu'il était jeune).... elle a aussi déformé les dires de mon père présent au rdv car il garde au quotidien mes deux enfants lorsque je travaille (mon père lui aurait dit que c'est normal qu'il ne les voit pas compte tenu qu'il ne s'est jamais occupé d'eux). et qu'au final dans son rapport, elle propose une protection éducative.
Je vous précise également qu'à ce jour soit 6 mois après le dernier jugement et malgré mon inscription au lieu neutre (46 € à ma charge!, je n'ai pas eu droit à des aides car mes ressources dépassent de 20 € du seuil), que le père n'a pas donné suite aux convocations du lieu neutre pour commencer les visites et ....l'enquêtrice sociale ose dire que c'est moi qui ne lui laisse pas voir les petits !!!! (c'est le monde à l'envers !....).

Cela fait deux ans que je galère entre justice, services sociaux et depuis la détection de la maladie de mon fils, les services de santé (pédo-psy, neurologue, pédiatre, hôpitaux...), malgré mon passé de femme battue, je suis arrivée à remonter la pente mais là je commence à craquer surtout depuis que j'ai entendu le contenu de ce rapport !!!

Tout ça pour dire que je SUIS HEUREUSE D'AVOIR PU LIRE LES HISTOIRES DES UNS DES AUTRES D'AVOIR PU METTRE EN LIGNE MON HISTOIRE JE SUIS EGALEMENT HEUREUSE DES CONSEILS DONNES DANS CE SITE ALORS CEUX ET CELLES QUI VIVENT DES HISTOIRES SIMILAIRES, N'HESITEZ PAS ECRIVEZ CELA FAIT DU BIEN !!!

MERCI DE VOTRE ATTENTION

jo Le 09/11/2012

Bonjour à tous,
Je suis éducateur à l'ASE depuis 4 ans maintenant. Indéniablement, je ne peux pas nier que des erreurs, inefficacités et autres points de défaillances ont existé, existe et existeront encore. Notre travail est basé sur la relation humaine, enrichissante et complexe à la fois, faite de certitude et de doute.. Ne pensé pas que les travailleurs sociaux sont sans coeur et ne tiennent pas compte des éléments recueillis. Nous intervenons et travaillons dans un système social, avec des règles (loi, jurisprudence..) avec lesquels nous devons tenir compte. Parfois elle sont adapté, d'autre non. Juger d'une situation sans avoir l'ensemble des éléments me paraît inadapté. En tant qu'éducateur à l'ase, je n'ai pas la prétention de dire que j'ai toutes les réponses, que je vais faire mieux que les parents.
Je tiens à rappeler que les audiences auprès du juge des enfants, sont des espaces de débat contradictoire entre chaque parties (ASE, Parents....), seul le juge de part sa fonction de neutralité, prend la décision qui lui semble au moment donné, avec les éléments donnés et à sa connaissance, une décision.
Certes nous, travailleur social, ne connaissons pas votre souffrance, votre combat, votre parcours dans le cadre d'une mesure de placement. Cependant, dans l'ombre, sans le dire, sans le dévoiler, sans le faire ressentir, les travailleurs sociaux se battent, négocies, essayent de convaincre, trouver des solutions..
l'ASE, ce n'est pas La DDASS. C'est une évolution positive en construction et amélioration permanente.
Les personnes qui travaillent à l'ASE le fond par vocation, par passion. C'est le seule domaine éducatif où un éducateur a autant de responsabilité, de prise de risque, de peu de marge de manoeuvre et de possibilité d'être mise en cause pénalement pour une prise de décision.
Je prends un exemple bête en apparence ; Une jeune de 17 ans demande à participer à une soirée et une nuit chez des amies connues et reconnues par le service. Les parents donnent un accord verbal mais pas écrit. En théorie l'enfant peut y aller. Mais sans accord écrit, et en cas d'accident, un parent peut revenir sur ses propos et nier son accord. Que faire alors pour l'éducateur? Refusé sans accord écrit, accepter en prenant des risques pour l'enfant?
AU lieu d'être dans la reproche et le jugement, ne devrions nous pas échanger ensemble pour améliorer nos pratiques?

Thierry Le 01/11/2012

Bonjour et bravo pour votre site,
Ce dernier est une mine d'informations et de témoignage dont on a peine à croire....jusqu'à ce que nous nous trouvions nous même par malheur dans la situation...
Ces injustices devraient être dénoncées à plus grande audience et le fonctionnement des services sociaux devrait être revues.

anonyme Le 24/09/2012

bonjour je découvre ce site étant dans l'approfondissement ce de que je peux trouver le net pour les anciens de la ddass maintenant les anciens de l'ase.

je tiens à signaler pour les personnes ayant connu le placement que ce soit ancien ou récent ou même qu'il soit encore sous le dispositif ce site

http://les-anciens-de-la-dass-ou-ase.wifeo.com/

les personnes souhaitant se retrouver à travers des témoignages, des personnes cherchant une association pour les pupilles de l'état, les personnes qui recherchent leurs origines, les personnes qui souhaitent faire une demande de leur dossier, chacun y trouvera des infos concrètes et coordonnées

Céline G Le 12/06/2012

Bonjour,

je suis assistante sociale et suis assez étonnée voire perplexe quand je lis vos propos et les histoires relatées...travailler à l'ASE est plus que complexe et nous ne sommes personne pour dire que tel ou tel parent fait bien ou mal, notre but est de venir en aide aux enfants et aux parents et tjs à l'amiable si c'est possible!bien sûr lorsque vous faites une visiste à domicile et que vous vous appercevez que l'enfant dort ds la niche de chien en plein hiver par moins 15, il n'y a plus rien à travailler avec les parents ( et oui des horreurs on en voit tous les jours)...... oui il existe des dérives, il y a sans doute des abus et malheuresement pleins de travailleurs sociaux qui ne devraient pas exercer...mais n'en arrivons pas à des généralités, chaque histoire est différente, chaque personne l'est aussi , travailler avec l'humain n'est pas chose facile, personnellement j'aime mon métier et je suis persuadée que les exemples que vous donnez sont,certes tragiques, mais vraiement isolés!!ilbien sûr les médias ne sont pas de nnotre côté non plus: " mais que font les services sociaux", avec le vieux cliché de l'assistante sociale qui va à domicile prendre l'enfant pour l'emmener à la DDASS!et pourtant il en faut aujourd'hui pour enlever un enfant à sa famille! quand on voit que ds mon departement sulement 70 situations signalées sur 1250 en 2011 à la cellule departementale de traitement des IP ont directement été envoyées aux juges pour au final 15 placements apres enqûete sur plusieurs mois! oui un placement est tjs un placement de trop mais il resulte souvent de syntheses, d'entretiens avec la famille, les parents, de longs mois d'investigation sauf si violences visibles et enfant en danger imminent .les assistantes sociales de vos histoires ont un pouvoir que je n'ai pas et ont l'air d'être sacrement à côté de la plaque, ce qui ne m'etonnes pas même si j'espere ne jamais en rencontrer ou avoir a travailler avec...je comprends votre colere et votre désarroi, iol y aura tjs des abus même si sincerement, sans être naïve je pense que la plupart des acteurs de la protection de l'enfance font leur métier avec bientraitance, empathie et respect de l'autre!

mamansolo (site web) Le 23/05/2012

j ai demande un jour de l aide a l ase,je ne savais plus comment m y prendre avec mes ados le plus grand ne voulait plus aller a l ecole ,bon eleve il avait ete harcele a l ecole il s est refugie sur l ordinateur et est devenu accroc, son jeune frere s est senti abandonne, et a fait une tentative de suicide ; trop de sollitude...
les servives sociaux m ont rabaissen vous etes une incapable , ils m ont infantilisee, pris la decision de placer mon fils mais apres il ne s en sont pas occupe, j ai dunfaire toutes les demarches qu' ils ne faisaient pas, ca m a ete reproche, je les ai empeche de travailler soi disant, alors que je m occupais de mon fils, ils etaient toujours en reunion devaient me rappeler mais j attendais en vain, en un an j,ai du voir l educatrice referente quatre fois. j'ai du me battre contre leur incompetence, leur contradiction leur laxisme, et le pire c 'est quand la referente m'a menti ouvertement pour cacher a ses collegues ses erreurs. ca m'a meurtri mais je vais de l avant malgre mes blessures. le plus important ce sont mes filsaujourdhui j ai eu droita une aemo maisz pas plus d aide.le plus grand est majeur, il atoujours les memes difficultes, je dois faire huit heures de trajet pour recuperer le plus jeune devant toutes mes difficultes ils n ont aucune reponses qui pourrait ma ider?

rty (site web) Le 23/05/2012

moi aussi jai des choses a dire

Écrire un message sur le livre d'or

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site