Billets de lesabusdesservicessociaux

LE MONDE MARCHE SUR LA TETE

 

Ce site n’a pas été créé pour « casser du travailleur social » et stigmatiser toute une profession qui renferme quand même d’excellents éléments, mais bel et bien pour montrer du doigt les méthodes de travail d’un système qui a besoin d’être réformé dans les grandes profondeurs. C’est avec l’aide de parents victimes et de travailleurs sociaux consternés par ce système que nous en sommes venus à créer cet espace d’échange afin de trouver ensemble des solutions et de nous battre tous main dans la main pour nous faire entendre. 

Aujourd’hui en France nous sommes tous les témoins d’un système socio-judiciaire en déconfiture. 

Outreau en a été la preuve flagrante. Pourtant, suite à ce drame qui a traumatisé un pays tout entier, des réformes ont été mises en place concernant la protection de l’enfance. La loi du 5 mars 2007 en est le symbole même, complétant au passage la loi du 2 janvier 2002 sur la réforme de l’action sociale.

Ces lois ont un dénominateur commun : le respect de la dignité humaine et l’inclusion des personnes dans le déroulement des mesures prises pour eux et leur famille. 

Il est assez surprenant de constater que des services sociaux, dont la vocation première est de respecter les personnes afin de leur venir en aide, aient besoin de lois pour enfin considérer le public dont ils s’occupent. Pourtant, aujourd’hui, en France, pays fondateur des droits de l’Homme, la notion du respect d’autrui n’est pas acquise pour tout le monde dans ce système socio-judiciaire, laissant place encore trop souvent à un mépris total des petites gens.

Réformant la loi de 1975, archaïque, défaillante et obsolète, cette loi de 2007 n’est pourtant quasiment jamais appliquée. Et pire encore, les professionnels de la protection de l'enfance, des travailleurs sociaux aux juges pour enfants, en ignorent bien souvent l'existence,alors qu'il est de leur devoir professionnel de la connaître et surtout de l'appliquer pour ne pas bafouer les droits des citoyens.  

De nombreux faits divers, Outreau en tête, ou encore l’histoire de Dylan, Thyphaine ou Marina nous poussent à nous demander « MAIS QUE FONT LES SERVICES SOCIAUX , ILS NE SONT JAMAIS LA QUAND ON A BESOIN D’EUX MAIS ILS VIENNENT EMMERDER LES HONNETES GENS ?!!! »

Cette simple expression, aussi insignifiante soit elle au premier abord, que nous avons tous prononcé un jour ou l’autre est pourtant le résumé d’une bien triste réalité. 

Quand nos services sociaux en France laissent parfois mourir des enfants qui ont été l’objet de nombreux signalements pour maltraitance, ils cherchent aussi très régulièrement "des poux dans la tête" à des parents qui ne comprennent pas en quoi ils peuvent être dangereux pour leurs enfants et comprennent encore moins comment ils peuvent être pris au piège de ce système socio-judiciaire à la française...qui lui s'octroie le droit d'être hors la loi. 

Aujourd’hui est taxé de parent dangereux  :

- Une maman qui allaite son enfant : alors que l'allaitement maternel est vivement conseillé par le corps médical, la maman pourra être accusée par les services sociaux de vouloir créer une relation fusionnelle malsaine pour le développement psychoaffectif de l’enfant et de vouloir casser les liens père/enfant. En cas de séparation, la garde sera accordée au père.

- Une maman qui protège son enfant d'un danger de maltraitance réelle. Elle sera diagnostiquée comme malade psychiatrique atteinte du syndrome de Munchhausen par procuration

- Donner un surnom à ses enfants : appeler son enfant "mon petit Loulou" serait devenu sans que l'on sache réellement pourquoi un acte maltraitant qui perturberait gravement l'équilibre des enfants.

- Un parent (père ou mère) écolo ayant décidé tout bêtement de vouloir laisser une planète moins sale à ses enfants en lui inculquant des gestes simples comme manger sainement, faire le tri sélectif des déchets ménagers, utiliser des produits naturels plutôt que chimique pour faire le ménage écolo, sera reconnu comme marginal mettant en danger l’intégration sociale de son enfant. L’enfant lui sera retiré.

- Un parent svelte qui prend soin de son corps sera défini comme anorexique mettant en danger l’équilibre alimentaire de son enfant. L’enfant lui sera retiré.

- Un parent qui maîtrise trop bien la langue française, sera taxé de prétentieux intellectuel dangereux pour le développement de son enfant. L’enfant lui sera retiré.

- Un parent qui a une passion, cette passion sera vue comme une addiction et par extension un trouble psychologique qui mettra en danger l’équilibre de l’enfant. L’enfant lui sera retiré. 

-       ... (liste non exhaustive)


Dieu merci, nombreux sont les professionnels qui pensent, comme nous, qu'il y a un sérieux problème. Eric de Montgolfier, Procureur de la République et auteur du livre "le devoir de déplaire" s'insurge lui aussi face à ses nouveaux profils de "gens anormaux" :

"Aujourd'hui, il est tout à fait normal de payer une cotisation à un club de foot, mais il est suspect de la payer à un club de yoga, même si elle est deux fois moins chère. Aujourd'hui, celui qui est végétarien, ou même qui ne regarde pas beaucoup la télé, est devenu suspect. Mais celui qui a régulièrement 2 g d'alcool dans le sang, qui fait ses courses au supermarché, qui prend des antibiotiques et qui est vacciné, celui-là est normal ! Son cancer postérieur sera donc rassurant. . . N'était-ce pas l'objectif principal expliquant toutes les anomalies de cette psychose ?"

En résumé si vous êtes un parent lambda qui vit à peu près sainement, vous serez qualifié par certains travailleurs sociaux et juges pour enfant comme l’ennemi public n°1. Votre enfant vous sera retiré. 

Bien évidemment tout ceci saupoudré par les allégations (sans aucun élément de preuve qui seront prises comme parole d’évangile) de l’autre parent, bien souvent pervers manipulateur (ou pervers narcissique), qui, jaloux d’on ne sait quoi, ira tout monter en épingle afin de vous discréditer. 

Le pervers manipulateur à lui aussi un discours bien a lui afin de décridibiliser l'autre parent auprès des autorités : 

- Il pousse sa victime à la colère et à la déstabilisation et quand elle répond, il s'écrit : "vous avez vu j'avais raison c'est un fou (une folle) !!"

- Il sait se faire plaindre et passer pour la victime et quoiqu'il dise sa parole sera parole d'évangile, tant et si bien que même les juges s'agenouilleront devant lui et broieront l'autre parent.

- Le discours le plus récurrent des pervers manipulateurs n'est pas de vouloir absolument la garde de son enfant, mais de la retirer à l'autre parent, afin de briser complètement les liens car il est jaloux de la relation de confiance qui a été instaurée entre ce parent et son enfant (qui sera alors qualifiée par les professionnels de fusionnelle) : "Je préfèrerais que mon enfant soit placé en foyer plutôt qu'il vive avec lui (elle) !"

Voilà le quotidien de nombreux parents aujourd’hui dans notre pays qui se battent pour retrouver leurs enfants qu’on leur a arracher sans trop savoir pourquoi, hormis pour satisfaire la jouissance perverse de psychopathes non décelés et remplir les caisses des conseils généraux. Des familles entières seront détruites à vie en toute impunité par de telles violences conjugales dont le parent manipulateur utilise son enfant comme arme destructrice contre son ex conjoint (e) et pour lesquels les travailleurs sociaux ne bougeront pas le petit doigts, car leurs salaires dépendent des budget alloués aux conseils généraux. 

Elian Djaoui, psychosociologue responsable de formation à l'institut de formation sociale des Yvelines analyse, dans le dernier numéro de la Nouvelle Revue de Psychosociologie sur la « passion d’évaluer », les méthodes évaluatives des travailleurs sociaux dans les agréments des assistantes maternelles et montre l’absence de critère, laissant le champ libre à des contenus inconscients de l’imaginaire institutionnel ou de l’imaginaire des individus (notamment une haine refoulée de l’enfant et un sentiment de culpabilité). C’est très riche

Pendant ce temps là des enfants sont séquestrés, maltraités, déscolarisés, violés ou dans le pire des cas tués, ET LA PERSONNE NE BOUGE !!!! 

LENTEUR ADMINISTRATIVE avancerons les uns !! pourtant quand il s'agit d'arracher un enfant à un parent qui a la mauvaise idée d'être intello-écolo, l'administration est beaucoup plus rapide, et là ils viennent chez vous avec toute la troupe !!!

MANQUE DE MOYENS dirons les autres ! Ne perdez surtout pas de vue que tous ces placements ou retraits abusifs d'enfants à leurs parents (50% des dossiers selon l'Inspection Générale des Affaires Sociales), la mise en place de toutes les mesures (IOE, AEMO...), les demandes  d'expertises judiciaires, les audiences au tribunal qui pourraient être évités si ces travailleurs sociaux décidaient de poser leurs oeillères pour se concentrer sur les fondements même de leur travail, ont un coût et il est colossal (rapporté par la Cour des comptes). Le salaire d'un travailleur social compétent est le même que celui de son collègue incompétent. Par contre le travailleur social incompétent, par son manque de professionnalisme, lui, gaspille l'argent public qui sort, ne l'oublions pas, des poches du contribuable. 

Vous pourrez lire sur notre site tous les témoignages de parents et d'enfants devenus adultes, abusés et détruits par ces méthodes, qu'historiquement la France a déjà connu naguère. Deux travailleurs sociaux en activité ont bien voulu aussi témoigner sur notre site sous couvert d'anonymat, leurs noms ont donc été changé.

 

"C'est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde." Boris Vian

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site